D’après une étude de l’université d’Hiroshima au Japon, les personnes mangeant lentement auraient moins de risque de devenir obèses et de souffrir de maladies cardiaques ou de diabète.